Jouons au triangle dramatique de Karpman !
Coaching Scorea : choisir une relation gagnant-gagnant

Jouons au triangle dramatique de Karpman !

Un jeu interactif vieux comme le monde mais très à la mode pour 2 à 3 joueurs, avec la possibilité de jouer en équipe, à tout âge : de la cour de récréation à la maison de retraite.

Chers joueurs, joueuses, pour votre prochaine partie, laissez libre cours à vos émotions négatives et endossez le rôle qui vous colle à la peau.

Le but du jeu :

Entretenir des rapports dominant-dominé et les dysfonctionnements relationnels qui vont avec.

Avant chaque partie, choisir soigneusement les personnages :

  • Le persécuteur :

Pour le persécuteur, les relations humaines sont un jeu de pouvoir dans lequel il faut avoir le dernier mot et ressortir avec une position dominante. Le message : « Je suis meilleur que toi et toi t’es nul ». Les comportements : sanction, accusation, critique voire manipulation. Tentons toutefois un peu de compassion pour notre persécuteur : c’est sa manière à lui d’exister. Il a peut-être reçu des codes tels que : « dans la vie, il y a ceux qui exécutent et ceux qui décident, les forts et les faibles ». Peut-être a-t-il manqué justement de signes de reconnaissance ? Alors, cette attitude est un moyen d’en obtenir à défaut de savoir les obtenir d’une façon plus constructive avec sa…

  • …Victime :

Pour la victime, les relations humaines sont injustes et la conforte dans son rôle. Le message : « je suis nul, l’autre est meilleur que moi ». Les comportements : soumission, passivité, voire incapacité à prendre ses responsabilités, « c’est pas de ma faute, j’ai pas fait exprès + dévalorisation ». Mettons la compassion de côté pour la victime car elle en reçoit du sauveur. Se poser en victime est la meilleure façon de passer à côté de sa vie, de la regarder filer sans en prendre la pleine mesure. Et c’est pour cette raison que la dernière position, sous ses airs positifs, cache un côté sombre…

  • Le sauveur :

Pour le sauveur, les relations humaines sont un moyen d’être reconnu et de montrer sa supériorité en volant au secours de la victime. Derrière « je vais t’aider« , se cache un message implicite : « laisses-moi faire, tu n’es pas capable d’y arriver… je suis meilleur que toi mais grâce à toi je peux le montrer ». Les comportements : tendance à materner l’autre, à faire à la place, à conforter l’autre dans un rôle de victime. Le sauveur se nourrit de la reconnaissance de sa victime et a donc tout intérêt à ce qu’elle reste dans cette position.

Déroulement du jeu :

Le jeu commence dès que l’un des personnages endosse son rôle. Pour que le triangle dramatique fonctionne, il faut toujours une victime. Sans victime, il n’y a ni sauveur, ni persécuteur. Finalement, elle joue le rôle principal. Si personne n’endosse le rôle de persécuteur, vous pouvez le remplacer par une situation, une tâche, un contexte…bref, tout élément permettant à la victime de se plaindre fera l’affaire.

Pour varier les plaisirs, les rôles peuvent être échangés : la victime devenant persécuteur ou sauveur, le sauveur : victime ou persécuteur et le persécuteur : sauveur ou victime.

Fin de la partie : qui a gagné ?

Les jeux psychologiques peuvent être interminables. Personne n’en ressort vainqueur. En effet, les trois positions du triangle de Karpman présentent l’autre ou soi-même de façon inférieure. La seule position de vie créant de l’harmonie dans les relations est la coopération : « moi OK, l’autre OK ».

La bonne stratégie :

Vous l’aurez compris, le triangle de Karpman est un outil permettant de mettre en lumière des dysfonctionnements relationnels dans le but d’harmoniser ses relations. Mais quelle est la bonne stratégie ?

  1. identifier la mise en place du jeu et le rôle de chaque protagoniste.
  2. rechercher l’intention positive de chacun
  3. sortir du triangle en changeant d’attitude, en cassant le rôle attendu dit « complémentaire »
  4. les cartes ainsi redistribuées, une relation gagnant-gagnant peut démarrer

Nous avons tous une position de prédilection. Avez-vous identifié la vôtre ? Aimez-vous vous plaindre ? Etes-vous plutôt donneur de leçon ? Aimez-vous voler au secours des autres ? Victime, persécuteur ou sauveur, changez de stratégie pour harmoniser vos relations.

Harmonisez vos relations grâce au coaching : https://scorea.fr/prestations/coaching/